Douleur à l’avant du genou à la course ?!

Douleur à l'avant du genou à la course? 

Plus de 25% des coureurs présenteront un jour des symptômes liés au syndrome fémoraux-rotulien (SFR). Les causes de cette douleur au genou peuvent être multiples, d'où l'importance d'obtenir des conseils adaptés à sa situation. 

Le syndrome fémoro-rotulien (SFR) englobe un ensemble complexe de symptômes issus d’une problématique entre l’os de la cuisse, le fémur et la rotule (os mobile à l’avant du genou). Cette pathologie est très fréquente, représentant de 25 à 40 % des diagnostics posés par les médecins lors des consultations pour douleur au genou. Toutefois, le même traitement est-il adéquat pour tous ?! On a longtemps pensé que le SFR était relié à une faiblesse du muscle interne de la cuisse (vaste interne du quadriceps). Cependant, les plus récentes études cliniques démontrent que les causes du SFR sont beaucoup plus complexes et qu’une évaluation dynamique en mouvement est nécessaire afin de personnaliser le plan de traitement.

Principaux facteurs reliés au SFR et à la douleur au genou 


On peut d’abord associer l’apparition des symptômes à un volume d’entrainement trop élevé ou encore au non-respect d’une progression adéquate (10 % de + / semaine). De plus, effectuer des parcours comprenant plusieurs côtes contribue à accentuer le problème, car ceci place plus de stress sur l’articulation fémoro- rotulienne. Outre ces facteurs liés à l’entrainement, une mécanique articulaire du genou déficiente est sans doute la cause la plus importante pour développer de la douleur au genou causée par un SFR.

Biomécanique du genou


Les mouvements 3D du genou sont influencés à la fois par les muscles entourant l’articulation, mais aussi par la mécanique du pied et de la hanche. Des tensions ou faiblesses musculaires à ces articulations affecteront le bon alignement de la rotule, augmentant ainsi les stress sous celle-ci et causant de la douleur au genou. Les principaux problèmes biomécaniques identifiés dans la démarche ou course des patients atteints d’un SFR sont : l’affaissement / déplacement du genou vers l’intérieur lors de l’appui, une inclinaison / obliquité du bassin et une rotation interne importante de la cuisse. Étant difficile d’identifier par soi-même ces déficits, il est recommandé de consulter un spécialiste afin d’être bien évalué, et ce, de façon globale (musculairement, contrôle des mouvements, mécanique articulaire). Une technologie d’évaluation du genou comme le KneeKG permet l’analyse 3D, en temps réel, de la fonction articulaire du genou de façon dynamique et en charge afin de cibler les causes des symptômes.

Biomécanique de la course

Utiliser un biofeedback, courir à côté d’un miroir ou utiliser la vidéo sont des exemples d’actions afin de corriger la biomécanique de la course et ainsi éviter d’adopter les facteurs de risque biomécaniques décrits ci-haut. D’autres études suggèrent d’augmenter la cadence (viser autour de 180 pas minute) ce qui aidera à éviter les trop grandes foulées, car ceci complique la tâche des muscles fessiers à bien contrôler l’alignement du membre inférieur lors de l’absorption du choc et de l’appui. Les dernières recherches scientifiques ont démontré l’importance d’un renforcement musculaire des fessiers et des quadriceps, et ce, autant au niveau de la force que de l’endurance. Ceci dans l’optique de limiter l’affaissement du genou vers l’intérieur et l’inclinaison du bassin, favorisant ainsi l’alignement adéquat de la rotule durant la course. Il est toutefois important d’être bien conseillé avant d’entreprendre un programme de réadaptation, car d’autres exercices tels que l’étirement des ischio-jambiers et de la bandelette ilio-tibiale, le renforcement de la ceinture abdominale ou encore un taping de la rotule ou des orthèses plantaires peuvent aussi être bénéfiques selon votre cas.